Institut Universitaire
de Formation des Maîtres
de l'Académie de Créteil

Situations de handicap et représentations - 11 avril 2012

Cette journée d’étude est la seconde d’un cycle de journées annuelles «Situations de handicap, formation, apprentissage» organisées par l’université Paris-Est-Créteil (IUFM), en lien avec le centre de recherche CIRCEFT.

 

Ces rencontres sont ouvertes à tous publics, et en particulier aux formateurs, étudiants, chercheurs, professionnels dans le domaine de l’éducation intéressés par des développements méthodologiques et scientifiques concernant les situations de handicap, l’apprentissage et la formation.

 

Il s’agit de présenter des recherches qui conjuguent un intérêt pour la formation et l’apprentissage dans le domaine du handicap, l’enjeu étant de permettre à des chercheurs et praticiens-chercheurs de partager avec un public élargi la méthodologie, l’étayage théorique et les résultats de travaux en lien avec des apprenants à besoins spécifiques.
Au cours de la journée d’étude du 11 avril 2012, quatre chercheurs explorent la question des représentations sociales que des professionnels de l’éducation peuvent construire au sujet d’élèves les renvoyant à un sentiment de profonde altérité, et mettent cette question en lien avec celles des postures et gestes professionnels qui animent le quotidien pédagogique dans une classe.

  • Contenu de la journée du 11 avril 2012 : « Situations de handicap et représentations »

Les représentations sociales sont des processus et produits d’une élaboration psychique de la réalité qui se construisent tout au long de la vie dans une interface entre l’individuel et le social. Elles permettent à tout un chacun d’inscrire un fait ou une idée dans un schéma de pensée personnel et de le métaboliser pour le rendre compatible avec ce qui lui préexiste intellectuellement et affectivement. Jean-Sébastien Morvan propose une analogie entre un système de représentations et une tragédie grecque, de par le fait que cette dernière « est toujours triple spectacle : d’un présent (on assiste à la transformation d’un passé en avenir), d’une liberté (que faire ?), et d’un sens (la réponse des dieux et des hommes) » . S’agissant de la construction d’une relation d’aide pédagogique avec des élèves à besoins spécifiques, les représentations sociales générées par une rencontre difficile entre enseignement et apprentissage s’apparentent parfois à une tragédie grecque au sens propre, si le potentiel génératif de la pensée est entravé par un déficit d’étayage interne face à une altérité trop déroutante. En considérant les représentations sociales des professionnels de l’éducation en termes d’élaboration et d’actualisation d’une réflexion impliquée dans un contexte interrelationnel spécifique, il devient alors intéressant d’explorer quelles lectures du quotidien ces représentations fournissent et comment elles sont susceptibles d’orienter des décisions, des conduites, des descriptions, des anticipations, des modalités de communication, des formes d’adaptation, etc.

 

Au cours de la journée d’étude du 11 avril 2012, des chercheurs-praticiens interrogent les représentations sociales sous-tendues par un agir enseignant ou par des propos relatifs à cet agir, en présentant la méthodologie et les résultats de recherches impliquées ou construites en extériorité. Dans leurs études, la question du handicap est envisagée au sens large, c’est-à-dire qu’elle inclut des situations potentiellement handicapantes en termes de devenir personnel, social, professionnel. Chaque intervention est construite suivant un principe d’isomorphie, c’est-à-dire qu’une analyse prenant appui sur des dispositifs de formation dévolus à des enseignants est mise en relation avec une réflexion sur des dispositifs d’apprentissage impliquant des élèves à besoins spécifiques, et réciproquement.

 

Programme de la journée du 11 avril 2012 : « Situations de handicap et représentations »

 

- Pierre Egal, Conseiller pédagogique pour l'ASH dans le Val-de-Marne.

"Représentations institutionnelles et pédagogiques au sujet de l'élève "hautement perturbateur""

 

 

- Patrick Binisti, formateur pour l’ASH à l’IUFM de l’université Paris-Est Créteil, doctorant en sciences du langage, laboratoire MODYCO (Modèles Dynamiques Corpus, université Paris Ouest-Nanterre).

«Interactions entre professeurs et élèves présentant des troubles du langage et de la communication : étude de la mise en place des formats de Bruner comme leviers de transformation des représentations au sujet des élèves autistes».

 

- Valérie Barry, formatrice pour l’ASH, IUFM de l’université Paris-Est Créteil, maître de conférences en sciences de l’éducation, laboratoire REV-CIRCEFT et Alexandre Ployé, formateur et responsable des formations pour l’ASH à l’IUFM de l’UPEC, laboratoire ESSI-CIRCEFT.

«Représentations d'enseignants spécialisés stagiaires au sujet des besoins d'apprentissage de leurs élèves : quelles caractérisations ? Quelles incidences sur la construction de postures et de gestes professionnels ?».

 

  • Numérisation et enrichissement du présentiel

Avant et après chaque journée d’étude, une plateforme collaborative d’échanges (et de mutualisation de documents) en lien avec les contributions proposées est mise en place et animée par les organisateurs de la journée et les intervenants, pendant une durée de quinze jours avant et après chaque rencontre. Il s’agit notamment de pouvoir anticiper et prolonger la discussion engagée, autour de questions qui ont émergé en amont de la journée, qui n’ont pas émergé pendant celle-ci, ou dont la complexité nécessite de prolonger les échanges, d’approfondir et de mettre en réseau les différentes interventions, d’initier une continuité dans le temps de l’événement, mais également d’évaluer celui-ci.

L’adresse du site internet, libre d’accès, est :
http://www.handiformapprentissage.fr





  

  

Contenu de la page mis à jour le : 19 Juin 2012